Vous êtes ici » Accueil » La Fédération » Réseau territorial » La vie des régions » AUVERGNE - RHONE-ALPES » AUVERGNE - RHONE-ALPES : Retour sur le colloque du 15 mars 2017 : Vers la (...)

La Fédération

AUVERGNE - RHONE-ALPES : Retour sur le colloque du 15 mars 2017 : Vers la mobilité 4.0 !

17 mars 2017

Plus de 190 personnes et 19 partenaires se sont réunis au Sucre pour le colloque « Vers la mobilité 4.0 ! » organisé dans le cadre de l’Assemblée Générale constitutive de la FNTV Auvergne-Rhône-Alpes.

Après une contextualisation opérée par le Président de l’ex FNTV Rhône-Alpes Pascal FAVRE et une allocution de Philippe GUERAND, Président de la CCI Auvergne-Rhône-Alpes, trois tables rondes ont permis de questionner les sujets constitutifs de la « mobilité 4.0 » :

#1 Une mobilité connectée
#2 Une mobilité plus propre
#3 Une mobilité autonome et innovante

#1 Mobilité connectée et usage de la data

Le premier temps des travaux a permis de questionner les impacts des nouvelles technologies et plus précisément de la data, sur la mobilité d’aujourd’hui et de demain.

Si certains sujets comme les calculateurs d’itinéraires sont connus et utilisés de longue date, une présentation du site Oùra ! (Fabienne GOUDARD, CR AURA) a permis de faire le point sur ce système qui fonctionne aujourd’hui sur le territoire rhônalpin de la nouvelle Région Auvergne - Rhône-Alpes. Ce site qui réunit les 25 Autorités Organisatrices du territoire rhônalpin et 30 réseaux de transport collectif, permet un service d’information aux usagers qui se prolongera d’ici l’été 2017, par un système de vente des titres à distance.

La start up UBI Transports (Philippe MEDIONI) a ensuite présenté sa solution collaborative et innovante de billettique souple (basée sur un smartphone embarqué) et de SAE global (SMS intelligents permettant de potentiellement toucher les usagers de manière réactive et simple en cas d’intempérie, d’annulation d’un service…). Les échanges ont ensuite continué sur la question de la data et abouti à l’idée de passer de la « big data » à la « smart data ». Il convient en effet de pouvoir cibler parmi un éventail infini d’informations disponibles pour les entreprises (big data), celles qui seront pertinentes et matériellement accessibles pour être utilisées avec efficience (smart data). Ce paradigme est particulièrement important pour les entreprises qui doivent pouvoir être en mesure d’analyser les données collectées de manière simple et non contraignante.

Dans la lignée de ces échanges, Julie CAREDDA (KPMG) a ensuite proposé de retourner le questionnement en partant de l’expérience des voyageurs. Dans cette optique, l’interrogation a porté sur le nombre important de données qui ne sont pas ou sont insuffisamment exploitées par les organisateurs de transport pour proposer aux voyageurs une mobilité simple et personnalisée, c’est à dire conforme au nouveau paradigme qui les caractérise (impatience, importance de l’expérience). A ensuite été évoquée la nécessité de comprendre les facteurs qui influencent les intentions des voyageurs via une approche prédictive des comportements basée sur la prise en compte des informations des réseaux sociaux (« digital listening »).

Ces univers où les voyageurs doivent être encouragés à participer (via des jeux, de la gamification, expérience client) regorgent de données qui doivent être croisées et partagées avec celles des entreprises, afin de mieux répondre aux besoins des voyageurs. La synthèse a poussé les entreprises à analyser les insatisfactions des voyageurs : « derrière une insatisfaction se cache souvent un nouveau service ».

Dans une autre perspective, la data permet également aux entreprises de développer de nouveaux marchés et de conquérir de nouveaux clients en adaptant leurs techniques de valorisation et de commercialisation à ces nouveaux espaces virtuels et numériques que sont les réseaux sociaux ou encore le web de manière globale. Les supports majoritairement utilisés pour développer ces nouveaux marchés sont entre autres, les réseaux sociaux (facebook principalement), le display (marché et les formats publicitaires graphiques de type bannières et vidéos) ou gmail ads (liens sponsorisés sur la boite gmail). Tel était en partie, le propos de Sandy BONNOMET (PALACO, société de marketing digital, spécialisée sur le transport et la mobilité) qui a présenté 3 cas de marketing digital appliqués à 3 entreprises régionales de transport de voyageurs :

  • Captation du public cible et « reroutage » des offres d’une entreprise de TRV vers le site www.voyages-sncf.com pour développer les ventes ;
  • Campagne pour augmenter le téléchargement d’une application smartphone de covoiturage dans le cadre d’un contrat avec une agglomération (objectifs 350 applications téléchargées / réalisé 468) ;
  • Accompagnement d’une PME dans l’utilisation du web pour commercialiser des journées au ski, aller / retour + forfait à prix attractif, via de la vente en ligne sur le site dédié de l’entreprise (ROI = investissement multiplié par 2,5) ;

Ce panorama complet des usages multiples de la data (collectée par les entreprises ou disponible via les réseaux sociaux) a permis d’éclaircir un univers trop souvent méconnu mais incontournable.

#2 Euros 6, électrique, GNV : quel mix énergétique pour demain ?

Le Directeur régional de l’ADEME, Nordine BOUDJELIDA a ensuite mis en perspective la part des émissions polluantes du transport de voyageurs par rapport aux véhicules individuels, confirmant l’autocar comme une solution pour le développement durable. L’ADEME encourage cependant le monde professionnel à développer de nouvelles solutions énergétiques encore plus propres. Ont ainsi été abordés, la pile à combustible, l’autocar électrique et la solution GNV, cette dernière tendant à se développer via un nombre croissant d’expérimentations.

Dans la continuité de ce propos, Didier SAUSSIER, Directeur clients et territoires Rhône-Alpes – Bourgogne, de GRDF a présenté un état des lieux des 6 stations d’avitaillement qui devraient être implantées sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes d’ici la fin 2017 (Saint-Pierre en Faucigny, Lyon, Saint-Etienne, Saint-Quentin-Fallavier, Saint-Vulbas, Yzeure). Un des enjeux fondamentaux du développement de cette solution énergétique touche au maillage du territoire et à l’implantation d’un nombre suffisant de stations d’avitaillement.

Antoine CATALDO, Directeur Général du groupe FAURE, est ensuite venu exposer son projet d’implantation en Nord-Isère d’une station GNV. Pour cette entreprise récemment récompensée du trophée Objectif CO² de l’action innovante, le choix du GNV s’ancre dans une volonté d’aller plus loin dans le développement durable. La problématique environnementale étant régionale, Antoine CATALDO a fait état de sa volonté d’une coordination de ce dossier GNV par le Conseil Régional dans un appel à projet permettant à tous les acteurs de travailler par territoire pour implanter ces stations au gré des besoins et opportunités.

Cette deuxième table ronde a ensuite vu la signature par l’ADEME, GRDF et la FNTV Auvergne-Rhône-Alpes, d’une convention de partenariat visant au développement du GNV sur ce territoire (information et accompagnement des entreprises pour le développement de stations d’avitaillement en Auvergne-Rhône-Alpes).

#3 Les nouvelles mobilités

Le troisième et dernier temps de cette matinée d’échanges était résolument tourné vers l’avenir avec les dernières innovations et expérimentations en matière de transport de voyageurs.

Jean-François ARGENCE, Directeur des nouvelles mobilités chez LOHR, a présenté le projet « cristal » qui vise à réunir deux modes d’exploitation avec un seul outil. Un véhicule d’autopartage de la taille d’une voiture individuelle peut ainsi être associé à d’autres, et transformé en maillon d’un véhicule de transport collectif aux heures de pointe. Cette solution de transport non autonome sera expérimentée en 2017 au salon du véhicule du futur à Strasbourg et sur le marché de Noël de cette même ville. Des prolongements technologiques vont être apportés à ce dispositif pour le rendre prochainement autonome.

Alexis BEAUVILLAIN, responsable sûreté de fonctionnement et systèmes de transports autonomes chez TRANSDEV, a ensuite fait part de l’appropriation de ces innovations par cette entreprise gestionnaire de services de mobilité. Ces nouvelles technologies sont génératrices d’attentes importantes pour la mobilité urbaine, en matière de sécurité, de régulation et d’amélioration du trafic, de disponibilité et de flexibilité, d’environnement (véhicules électriques), et de réduction des coûts d’exploitation quand la réglementation n’imposera plus un accompagnant à bord.

TRANSDEV qui travaille avec tous les constructeurs de navette (NAVYA à Civaux, EasyMile à Rouen, 2GetThere à Rotterdam) prévoit également d’intégrer à ses flottes différents formats de véhicules : navettes, véhicules 5 places et à plus long terme bus de grand gabarit.

Enfin, Pascal JACQUESSON, Directeur de KEOLIS Lyon, est venu présenter l’expérimentation NAVLY, menée à Lyon dans le quartier de la Confluence. Après avoir évoqué les contraintes juridiques et techniques, échanges avec NAVYA qui ont nécessité 3 ans de développement pour cette navette autonome et électrique, il s’est félicité de la reconnaissance mondiale de ce dispositif (nombreuses visites de délégations étrangères) et a pu se livrer à un premier retour, 6 mois après la mise en place de l’expérimentation.

Propos conclusifs :

Patrick MARTIN, Président du MEDEF Auvergne-Rhône-Alpes est intervenu en mettant en perspective les thématiques évoquées durant la matinée (la data, la transition énergétique et l’innovation) par rapport à l’appropriation qu’en ont les autres branches. Il a ensuite présenté le MEDEF AURA et son action auprès des Pouvoirs Publics régionaux, au service des entreprises, des branches et des secteurs adhérents via leur Fédération, comme la FNTV AURA.

Enfin, le Vice-président en charge des Transports au Conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes, Patrick MIGNOLA est venu clore cette matinée en présentant aux transporteurs la politique de mobilité de ce nouvel échelon territorial suite à la Loi NOTRe. Le Vice-Président a rappelé que la Région aurait vocation à reprendre les transports scolaires et lignes régulières d’ici septembre 2017 et à les déléguer aux Départements qui le souhaitent, soit l’ensemble des Départements de la Région AURA sauf l’Ardèche, la Savoie et la Haute-Savoie. Attentif aux questions environnementales qui structurent le débat, il a reconnu le volontarisme des entreprises de TRV dans le développement durable et a fait part de la future implication du Conseil Régional AURA dans la dynamique de développement du GNV évoquée dans la matinée.

Après un cocktail déjeunatoire, l’après-midi a vu la tenue de l’Assemblée Générale statutaire de la FNTV AURA qui a officiellement créé cette nouvelle entité en réunissant les transporteurs de ces deux anciennes Régions. Le Président national Michel SEYT est venu échanger avec ses confrères sur les sujets de politique professionnelle.

Merci à l’ensemble de nos partenaires :

AFT, AFTRAL, KLESIA, ECOGAS, GEIQ CERA / GENI PLURI, GRAS SAVOYE , GLAZING, ICON WIFI,IVECO, KPMG, MAN, MERCEDES, OTOKAR EUROPE, PALACO, SETRA, SPEC, SCANIA, UBI Transport, VAN HOOL, VEHIXEL

Consultez ci-dessous :

  • La présentation PPT
  • Le compte-rendu
Recherche multicritères

# Espace adhérent

  • 19 octobre 2017 Recherche de reclassement / inaptitude au travail
  • 19 octobre 2017 Allamagne : formulaires déclaration TVA 2016/2017 sur portail ELSTER
  • 16 octobre 2017 La FNTV, membre du comité de pilotage Tourisme du Gouvernement
  • 14 octobre 2017 Recherche de reclassement / inaptitude au travail

Les atouts de l'autocar en 1 clic !

Top