Vous êtes ici » Accueil » La Fédération » Réseau territorial » La vie des régions » Provence - Alpes - Côte d’Azur » PACA : LER Nice-Marseille en car 100 % BioGNV : expérimentation réussie (...)

La Fédération

PACA : LER Nice-Marseille en car 100 % BioGNV : expérimentation réussie !

9 juin 2017

Communiqué de presse :
LER Nice-Marseille en car 100 % BioGNV : expérimentation réussie !

Le 8 juin, en gare routière de Nice, Philippe Tabarot, Vice-Président en charge des transports, de l’intermodalité et des déplacements de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur Jean-Philippe Péglion, gérant des cars Phocéens et Vice-Président de la FNTV PACA et Erick Mascaro, Directeur territorial GRDF ont présenté un car roulant au BioGNV (Gaz Naturel Véhicules), carburant 100% renouvelable issu de la valorisation des déchets.

Du 6 au 8 juin, le véhicule assure la liaison Nice-Marseille par autoroute. Cette expérimentation, réalisée en service commercial sur une Ligne Express Régionale longue de plus de 450 km aller-retour, est une première en France.

Les voyageurs et l’environnement devraient y trouver leur compte, car si rien, en apparence, ne semble distinguer le car bio-GNV de ses cousins fonctionnant au diesel, il dispose de sérieux atouts environnementaux : des émissions sonores divisées par deux, 50 % des émissions d’oxyde d’azote (NOx), jusqu’à 95% de particules fines en moins et un bilan carbone inférieur à 10g de CO2 par km.

Les résultats complets de l’expérimentation seront connus la semaine prochaine mais le véhicule a déjà passé haut la main son premier examen, en faisant la preuve de son autonomie, suffisante pour relever le défi de la grande distance.

Côté confort, les voyageurs ont été invités par la région à donner leur avis à travers un questionnaire de satisfaction. Ceux que nous avons rencontrés apprécient le faible niveau de bruit favorisant les conversations et les échanges. Le conducteur lui, juge la conduite plus agréable et plus souple.

Cette expérimentation propose une alternative crédible au diesel et positionne l’autocar comme l’un des outils de la transition écologique et énergétique.

Elle est aussi la traduction concrète du partenariat que GRDF et la FNTV PACA ont tissé depuis plusieurs mois pour promouvoir la solution GNV - BioGNV. Ainsi, après une première expérimentation réussie réalisée par la Métropole marseillaise sur la ligne Aix-Marseille, la Région PACA a souhaité tester le véhicule sur une plus longue distance.

D’autres expérimentations sont d’ores et déjà programmées pour valider les capacités des véhicules GNV sur une typologie élargie de service de transport : ligne rapide, ligne cadencée, ligne de desserte fine.

Tout sur le GNV…

Une réduction drastique des polluants locaux (particules fines, oxyde d’azote, CO2)
Le gaz est aujourd’hui utilisé comme carburant. En Europe, on compte 1,32 millions de véhicules qui roulent au GNV (Gaz Naturel Véhicule), dont près de la moitié en Italie, leader européen, suivi de près par l’Allemagne.

En France, il est surtout utilisé par les flottes dites « captives » : la moitié des villes de plus de 200 000 habitants ont fait le choix du GNV pour leurs bus et bennes à ordures ménagères.
Le GNV n’est rien d’autre que du gaz naturel, comprimé à 200 bars dans le réservoir d’un véhicule.

Ses performances :

  • Jusqu’à 50 % de réduction d’émissions d’oxyde d’azote (NOx) et jusqu’à 95% d’émissions de particules fines en moins par rapport à la nouvelle norme EURO VI, confirmé lors de mesures en conditions réelles
  • Division par deux des émissions sonores du moteur
  • Jusqu’à 30% du prix en moins à la pompe
  • Un coût d’exploitation global équivalent à celui d’un véhicule diesel

Et le BioGNV

Une production locale de carburant renouvelable
Le bio-GNV a la même composition chimique que le GNV, c’est du méthane (CH4), mais celui-ci est obtenu par fermentation des déchets ménagers agricoles ou par décomposition des boues de stations d’épuration. On parle alors de « biométhane » carburant :
Produit localement avant d’être injecté dans le réseau de gaz :

  • Il peut être utilisé sans modification des véhicules GNV et des infrastructures de distribution associées (stations-services, etc.).
  • Il va plus loin que le GNV avec une réduction 80 % des émissions de CO2 par rapport aux carburants traditionnels (contre 20% pour le GNV).
  • Il propose un bilan carbone quasi-neutre : le CO2 libéré à l’échappement est équivalent au C02 absorbé par les végétaux méthanisés.
  • Il contribue à atteindre l’objectif de 10% d’énergie renouvelable dans les transports à l’horizon 2020.

Téléchargez ci-dessous le communiqué de presse :

Recherche multicritères

# Espace adhérent

  • 25 juin 2017 Plan Vigipirate : recommandations et bonnes pratiques
  • 23 juin 2017 Allemagne : Détachement, notification obligatoire sur le portail d’enregistrement électronique
  • 21 juin 2017 Recherche de reclassement / inaptitude au travail
  • 15 juin 2017 Réforme des rythmes scolaires : la FNTV interpelle le Ministre de l’Education Nationale sur les enjeux liés au transport scolaire

Les atouts de l'autocar en 1 clic !

Top